Nos courriers

À l'attention des Maires, Parlementaires, Conseillers départementaux, Préfets...

La sécurité des piétons et autres usagers vulnérables (fauteuils roulants, parents avec poussette, aveugles, malvoyants, sourds, malentendants, personnes âgées à l’équilibre précaire, etc…..) sur les trottoirs, est gravement compromise depuis quelques années par l’intrusion sur ces trottoirs d’engins dits de « déplacement personnel », hybrides entre véhicules et équipements de loisir (patins et planches à roulettes, gyropodes, trottinettes électriques, etc…), sans compter les vélos que le Code de la route qualifie de véhicules , et qui ne devraient rouler que sur la chaussée. Ces engins peuvent atteindre des vitesses de 25 kms/h ou plus, et sont généralement silencieux, si bien qu’on ne les entend pas venir, ce qui engendre un sentiment anxiogène et accidentogène chez les paisibles promeneurs, surtout s’ils sont malvoyants ou malentendants.

A cela s’ajoute la réduction de surface disponible des trottoirs du fait de l’implantation illégale de terrasses de restaurants, de cafés ou ne respectant pas les critères qui leurs sont attribués.

Le trottoir n’est plus le refuge initialement conçu pour les usagers vulnérables visés plus haut. Il devient la variable d’ajustement pour le maires qui n’osent pas mécontenter une partie de leur électorat, et laissent faire……en se fiant à un hasard bienveillant qui leur éviterait d’être confrontés à des cas d’accidents mortels ou très graves , comme cela a déjà eu lieu. En langage courant, cela s’appelle la politique de l’autruche. Certains préfets parfois prévenus par de simples usagers ne répondent qu’après relance, et se contentent d’adresser de vagues rappels aux maires. Le piéton, l’usager vulnérable, a le sentiment de ne pas compter, ce qui contribue à son rejet de l’Administration.

Sur la chaussée, les usagers vulnérables sont victimes d’accidents graves, souvent mortels dont le nombre va croissant (559 piétons tués en 2016 soit + 19% par rapport à 2015 sans compter plus de 4500 blessés, chiffres publiés le 26 juin 2017 par le Ministère de l’Intérieur).  La majorité de ces accidents est due la nuit à un mauvais signalement des passages protégés, à un éclairage insuffisant de routes nationales ou départementales à la périphérie des villes, au non-respect par les voitures des vitesses limitées, à l’inattention des conducteurs manipulant leurs téléphones portables. Il convient de reconnaître que certains piétons traversent la chaussée les yeux fixés sur leur portable. Une campagne de sensibilisation, assortie de sanctions pécuniaires  pourrait les amener à changer de comportement.

En conséquence de ce qui précède, nous demandons qu’une réglementation précise vise à interdire l’usage de tous les engins de déplacement personnels sur les trottoirs. Il appartient aux maires d’aménager des lieux spécifiques de circulation pour ces engins (piste cyclables prises sur la chaussée,  circuits ou parcs destinés au défoulement des jeunes usagers de ces engins…..)

Pour ce qui est de la circulation sur la chaussée nous sollicitons que soient prises les mesures visées plus haut.

Les Droits du Piéton

Lutte contre l'incivisme, consultez la lettre PDF de la police municipale de Cannes :