Publications 60 Millions

Cohabitation des cyclistes avec les piétons : un idéal illusoire ?

11 janvier 2019

La question ne s’était pas encore posée jusque-là.

Bien au contraire, une alliance est née dans les années 2000 entre ces deux modes de déplacement, qualifiés de modes doux probablement parce que mus par la seule force musculaire. L’objectif, notamment à travers la revendication d’un « Code de la rue » portée par les associations de ces usagers, était d’abord d’exister et d’avoir leur place dans l’espace urbain face au mode automobile dominant.

L’automobile est apparue dans les années suivant la seconde guerre mondiale comme le mode idéal pour se déplacer d’un point à un autre librement, rapidement et sans trop de contraintes. Les villes se sont adaptées pour donner de la place à ce mode de déplacement individuel par exemple en supprimant les lignes de tramway, en réduisant la largeur des trottoirs, etc.  La circulation automobile a continué de croître, les cyclomoteurs et les vélos disparaissant peu à peu de nos rues. Cette période connut son apogée en France dans les années 1970 dans le cadre de la mise en œuvre des plans de circulation, financés par l’État.

La rançon de ce progrès fut que nos villes ont étouffé et sont devenues difficilement vivables. De plus, cette priorité aux déplacements motorisés a également eu des conséquences en éloignant du centre-ville les zones habitées ainsi que les zones d’activité et de chalandise, rendant l’usage de la voiture indispensable.

Christian MACHU

Expert sécurité routière

Administrateur de "60 Millions de Piétons" (Conseiller du Président).

Lire la suite en consultant le PDF ci-dessous :