A la Une

Marche et déconfinement

Une ville accueillante pour les piétons

9 mai 2019

La France sort progressivement des restrictions mises en place en raison de la situation
sanitaire. Les mesures qui vont être prises vont avoir de lourdes conséquences en matière
de déplacements. Il est à redouter que les enjeux liés à la distanciation physique et l’usage
excessif de l’automobile n’entravent les volontés de donner une plus grande place aux
modes actifs et non polluants.
Pour reporter vers les modes actifs une partie de ces déplacements l’accent est mis sur le
développement du vélo. Cette orientation est portée par de nombreuses villes qui s’engagent
dans une course au nombre de kilomètres de voies cyclables.
Cette espérance d’un report sera vaine si elle ne s’inscrit pas, comme le souligne à juste titre
Paul Lecroart de l’Institut Paris Région, dans une stratégie pour les espaces publics qui
permette « d’expérimenter grandeur nature une transition globale vers un monde urbain plus
résilient sur tous les plans ».
"Les stratégies « vélo » en cours de déploiement oublient trop souvent la présence de l'autre
mode actif : la marche à pied, tout aussi efficace pour aller d'un point à un autre dans la
ville sans apporter de nuisances. Il est urgent que les villes affichent aussi une stratégie
"marche à pied" ambitieuse.
La mise en place d’une nécessaire distanciation physique a des répercussions sur la
situation des piétons dans l’espace public. Alors que leur nombre va mécaniquement
augmenter compte tenu de la défiance vis-à-vis des transports en commun, ils vont affronter
des risques sanitaires liés à l’exiguïté des trottoirs qui seront sûrement grignotés par
l’extension excessive des terrasses de café pour préserver les distances.

Lire la suite, téléchargez le PDF :