Publications 60 Millions

Municipales 2020, Paris et l'agglomération

Bien vivre et mieux se déplacer dans le Grand Paris

8 novembre 2019

Les associations prennent position !

Les habitants de Paris et de son agglomération souhaitent, dans leur grande majorité, vivre et travailler dans des villes apaisées, en favorisant pour cela la pratique de la marche, du vélo et l’usage des transports collectifs. Les propositions qui suivent concernent un partage plus équitable de l’espace public et des déplacements plus frugaux et plus respectueux de l’environnement. Elles s’inscrivent dans une recherche de transparence et de dialogue entre les acteurs parisiens et métropolitains et la participation des habitants en mettant en œuvre des procédures de concertation adaptées.

Elles ont pour objectif de soutenir les décisions qui seront prises lors de la prochaine mandature, notamment à travers les documents d’urbanisme, le plan de déplacement urbain d’Ile de France, les plans climat air énergie et la mise en œuvre des zones de circulation restreinte, les opérations d’aménagement, les arrêtés municipaux dans le cadre des pouvoirs de police du maire.

  1. APAISER LA VILLE

La réduction du nombre et de la vitesse des voitures et des deux-roues motorisés permet de fluidifier la circulation, de réduire les embouteillages et les nuisances environnementales et de favoriser le vivre ensemble en limitant l’usage de la voiture aux déplacements et aux personnes pour lesquelles elle est absolument nécessaire.

Le plan de circulation parisien actuel, qui a été conçu en référence à la voiture, oppose entre eux les modes alternatifs : si on en favorise un, c'est souvent au détriment de l'autre, du fait que l'espace qui leur est réservé est limité. Il faut concevoir un plan de circulation organisé essentiellement en fonction des trois modes les mieux adaptés à la ville qui sont la marche, le vélo et les transports collectifs. Les déplacements motorisés individuels, qui occupent encore aujourd'hui 50% de la voirie tout en ne couvrant que 15% des déplacements, prendront la place qui reste après mise en place d’une nouvelle hiérarchie.

En complément d’une communication indispensable sur les règles du « Code de la Rue » (nouvelles règles du code de la route en faveur des usagers vulnérables mises en place par les pouvoirs publics), une des missions essentielles de la police municipale à Paris doit être de faire respecter par la pédagogie et la sanction les règles d'usage de la voirie (trottoirs, couloirs réservés, pistes cyclables…). L'utilisation actuelle de la vidéo-surveillance en matière de gestion de la circulation doit impérativement être complétée sur le terrain par le déploiement d'effectifs mobiles, visibles, jouant un triple rôle d'éducation, de prévention et de répression si nécessaire ; ils doivent être formés, sensibilisés à ces questions, et recevoir des instructions claires et précises.

A l’échelle de l'agglomération

  • Modérer la vitesse à 30 km/heure dans les secteurs urbanisés denses et réaliser des aménagements rendant l’environnement compatible avec cette mesure.
  • Multiplier les zones à faible circulation et les zones de rencontre et communiquer sur ces outil auprès de la population.
  • Mettre en place un plan métropolitain, avec son programme de financement, de traitement des coupures urbaines et mettre en œuvre des continuités piétonnes et cyclables en cohérence avec les schémas existants.
  • Prendre en compte les usagers vulnérables à travers des audits de sécurité des aménagements
  • Offrir des équipements nécessaires au confort des usagers : bancs, fontaines, toilettes…

A l’échelle de Paris

  • Elaborer un nouveau plan de circulation (voir plus haut)
  • Poursuivre la reconquête des grandes places parisiennes, réaménager les carrefours en prenant en compte les besoins des piétons, des cyclistes et des usagers vulnérables.
  • Faire respecter les règles d’usage de la voirie par la police municipale et verbaliser toutes les infractions.
  • Mettre en place une commission « Espace public », réunissant experts et usagers, et augmenter les budgets d’entretien de la voirie et des espaces verts
  • Développer la piétonisation dans des nouveaux quartiers
  • Inclure systématiquement dans la définition de tout grand projet urbain (tel que ZAC Bercy – Charenton, gare du Nord, Maine-Montparnasse, tour Triangle dans le 15°…) leur accessibilité à pied, à vélo et en transport collectif.

 

Lire la suite : consultez et téléchargez le PDF ci-dessous :